Vaccination contre la covid-19

Alors que le coronavirus fait encore rage dans le monde, plusieurs vaccins ont vu le jour en un temps record. Ce lundi 21 décembre, c’est au tour de la l’Agence européenne des médicaments (EMA) d’autoriser le vaccin Pfizer-BioNTech en France. Interviewé à ce sujet, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que la campagne de vaccination débutera dès dimanche 27 décembre.

Vaccination obligatoire ? Vaccination gratuite ? Que de questions face à la nouvelle

Entre les effets secondaires et l’appréhension par rapport à la nouvelle technologie qu’est le vaccin à ARN messager, de nombreux Français restent dubitatifs. Cependant, lors de son allocution du 24 novembre, le président Emmanuel Macron rassure l’ensemble de la population, qu’en aucun cas, la vaccination sera obligatoire. Elle se fera de manière claire et en toute transparence. 

Par ailleurs, le Premier ministre Jean Castex a précisé lors d’une conférence de presse que le vaccin contre la Covid-19 sera totalement gratuit. En effet, pour cette campagne de vaccination, le gouvernement a déjà alloué un budget de 1,5 milliard d’euros à la sécurité sociale pour 2021. Avec ce financement, la France prévoit donc de faire vacciner un million de personnes d’ici la fin janvier.

Quid de l’efficacité du vaccin ?

Selon les documents publiés par Pfizer-BioNTech et la FDA (Food and Drug Administration), ce vaccin à ARN messager est très prometteur. En effet, dans cette revue, leurs études ont démontré un taux de protection de 52,4% dès la première injection du vaccin. Cependant, malgré ces données encourageantes, la question sur la durée de l’immunité reste pour le moment sans réponse. Il va sans dire que des études complémentaires sont encore nécessaires pour lever le voile sur certains points.

Qui seront vaccinés en priorité ?

L’un des principaux objectifs du programme de vaccination étant de réduire, autant que faire se peut, le facteur de risque lié à l’âge et la comorbidité, il est nécessaire de cibler en amont les personnes à vacciner en premier. 

Ainsi, pour cette campagne, la Haute Autorité de Santé (HAS) a prévu de vacciner, dans un premier temps, les personnes âgées vivant dans les EHPAD. En effet, il est à noter que, depuis la pandémie, un tiers des personnes décédées du coronavirus sont des personnes âgées

Parmi ceux qui présentent un risque élevé de contracter le virus SARS-cov-2 se trouvent également les personnes qui sont en contact quasi permanent avec des patients atteints du Covid-19. Il s’agit notamment des professionnels de santé, paramédicaux et auxiliaires médicaux, des brancardiers ainsi que tout le personnel évoluant dans le service d’aide à la personne.

Il va de soi que les personnes susceptibles de développer une forme grave, suite à des pathologies préexistantes, feront également partie des priorités . En prenant en compte les données énoncées dans les revues scientifiques, la HAS a pu identifier plusieurs cas de comorbidités. Seront donc également priorisées : les personnes souffrant d’obésité, de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), d’hypertension artérielle, de diabète, d’insuffisance cardiaque et d’insuffisance rénale.

S’ajoutent à la liste les personnes atteintes de trisomie 21, ceux qui ont reçu une greffe d’organe et enfin, ceux qui, récemment, ont été atteints d’un cancer. Il s’agit cependant d’une liste exhaustive, à laquelle pourraient s’ajouter d’autres formes de maladies ou de handicap selon les résultats des nouvelles recherches.

Par ailleurs, pour les personnes ayant déjà développé les symptômes du coronavirus, la HAS leur préconise de consulter au préalable leur médecin traitant. La décision de vaccination se fera alors conjointement avec ce dernier.

Voyons un peu plus en détail les différentes phases de vaccination

Ayant commandé près de 200 millions de doses, le gouvernement français a donc prévu de faire vacciner 100 millions de personnes. À noter que, pour une meilleure efficacité du vaccin Pfizer-BioNTech, une seconde injection est nécessaire quelques semaines après la première.

Afin de mieux répartir les doses, en prenant en compte que de prochains arrivages devront entrer sur le territoire français dans le courant de l’année 2021, la HAS a mis en place une stratégie de vaccination.

Les phases de vaccination se dérouleront en 5 étapes : 

  • Première phase : arrivée des premières doses de vaccin 

Comme cité plus haut, au vu du nombre assez limité des doses disponibles initialement, la première phase consistera à vacciner les personnes qui ont le plus de risque de contracter une forme grave et ceux qui sont en contact régulier avec des personnes atteintes ou susceptibles d’être atteintes de la Covid-19. Seront vaccinées en priorité, les personnes âgées résidant dans les EHPAD et autres centres d’hébergement collectif, puis les professionnels exposés au virus dans le cadre de leur métier. À noter que, pour les personnels de santé, ceux qui œuvrent dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et ceux qui travaillent au niveau des unités de soins de longue durée sont les plus exposés.

  • Deuxième phase critique 

En fonction de l’arrivée progressive des nouvelles doses, il sera prévu de vacciner toutes les personnes âgées de 75 ans et plus, puis ceux qui ont entre 65 et 74 ans ayant au moins une comorbidité, et enfin, les autres individus de 65 à 74 ans. Durant cette étape, la vaccination des personnels de santé se poursuivra.

  • Troisième phase critique 

L’objectif de cette campagne de vaccination étant de réduire au maximum le nombre d’hospitalisation et de décès, pour cette troisième étape, la HAS élargit encore les groupes de personnes cibles. Elle recommande ainsi de faire vacciner toutes les personnes âgées de plus de 50 ans et ceux qui ont moins de 50 ans, mais qui présentent un risque de développer une forme grave à cause de leurs comorbidités.

  • Quatrième phase 

Arrivé à ce stade, les personnes les plus à risque ont déjà toutes été ciblées. La quatrième étape sera donc consacrée aux individus de moins de 50 ans, sans morbidité, mais qui sont exposés régulièrement au virus. Il s’agit notamment des personnes dont le métier présente un risque élevé d’infection : travail dans un espace clos, contacts réguliers avec plusieurs personnes… Ainsi que des personnes jugées vulnérables : les détenus, SDF…

  • Cinquième phase 

En supposant que la dose de vaccins reçue aura suffi à vacciner l’ensemble des individus classés prioritaires, la cinquième étape se focalisera sur les personnes âgées de 18 ans et plus sans comorbidité.